Le cancer : chance et malchance

3272838701 a8da6f0d1d z

Ce jour était la journée mondiale de lutte contre le cancer.

3272838701_a8da6f0d1d_zJe n’aime pas les journées de… je me demande d’ailleurs si dans l’année, il reste un jour qui n’est pas la journée de quelque chose…

J’aime encore moins cette journée de lutte contre le cancer. Oui, c’est une journée qui vient nous rappeler l’importance exceptionnelle de la recherche pour combattre cette maladie, mais dans lutte contre le cancer, c’est plutôt le mot cancer qui me saute à la gorge. (c’est le cas de le dire… private joke).

Durant cette journée, j’ai été marquée par un article et une émission qui ont un point commun (à part le fait qu’en ce jour, bien entendu les deux parlaient du cancer) : le mot chance ou malchance….

1/ Deux-tiers des cancers sont dus à la malchance !

Cette phrase franchement il faudrait l’encadrer et l’afficher dans tous les centres d’oncologie de France.

Quand vous avez la malchance d’être touché par cette saleté de maladie, une des premières réactions de votre entourage, de vos amis ou même des personnes que vous croisez tout simplement c’est : tu fumais ? Tu buvais ?

Non, le cancer n’est pas forcément du à une mauvaise hygiène de vie.

Non, vous n’êtes pas responsable de cette maladie sournoise.

4307711428_682591ceb2_zMon oncologue (oui, c’est marrant comme on peut s’approprier les médecins spécialisés, vous avez remarqué ?:) ) m’avait d’ailleurs expliqué : « Tout le monde naît avec un cancer. Chez certains, il ne s’éveillera jamais, chez d’autres il va apparaître, ce n’est pas de chance ».

Je comprends mieux alors pourquoi ma première réaction quand j’ai su que j’avais ce crabe dans mon corps, ce fut la colère et la pensée : « Pourquoi moi ? »

Dans cet article, l’oncologue Dr. Bers Vogelstein – qui a dirigé l’étude avec le biomathématicien Cristian Tomasetti – résume très bien la chose : « Lorsque quelqu’un a le cancer, les gens veulent immédiatement savoir pourquoi. Ils aiment croire qu’il y a une raison. Et la vraie raison, ce n’est souvent pas parce que ce quelqu’un a eu de mauvaises habitudes ou qu’il a été exposé à quelque chose de mal, c’est simplement parce qu’il n’a pas eu de chance. C’est comme perdre à la loterie. »

Pour en savoir plus, c’est ICI.

2/ Le cancer peut représenter une chance dans la vie.

Hum, oui, je vous promets, vous avez bien lu !

Cet après-midi, en zappant, je suis tombée sur l’émission de Sophie Davant « Toute une histoire » dont le thème était : Mon cancer a été une chance. Quatre femmes sont venues témoigner sur leur maladie mais surtout sur ce que la maladie avait changé de façon positive dans leur vie.

Oui , la maladie représente une période très difficile à supporter mais elle peut être aussi une remise en cause positive de sa vie. J’aurais pu témoigner de cette façon dans l’émission (sauf que je n’aurais jamais eu le courage et l’aplomb de le faire:) ) car la maladie a changé ma vie, ma personnalité. Elle fut comme une parenthèse qui a engendré un nouvel avenir.

2405070842_86561fc5cf_o

Ce n’est malheureusement pas toujours le cas, mais il est important aussi de témoigner que l’on peut se sortir d’un cancer et l’on peut être heureuse après, et même plus heureuse qu’avant la maladie, le cancer peut être comme une seconde naissance. On sait bien plus qu’avant que le temps est compté et qu’il faut aller à l’essentiel, oublier ce qui peut parasiter la vie.

Espérons. Positivons.
action onRendez-vous sur Hellocoton !

18 Comments

  1. De Tribulations d'une quinqua à 50 ans d'âge et plus. - 50 ANS D'AGE ET PLUS

    […] début de Tribulations d’une quinqua, j’ai parlé de moi et de mon parcours face à la maladie. Le blog ou plutôt mes blogs ont été une vraie planche de survie pour moi. Partager, […]

  2. GentlemanW

    Ce sujet j’en ai souvent parlé, pour aider les autres, les proches, les amies, les soutenir, les écouter , leur tendre une épaule pour pleurer de douleurs. Le cancer, c’est une merde totale, mais on peut en guérir, en sortir, et surtout lutter contre, mais pas seule.

    Putain de maladie, je te hais. Mais vous, je vous aime, les amis, les autres, les bras ouverts.

  3. matchingpoints

    Bravo pour votre article !

    1. escapadesamoureuses

      Merci à toutes les deux 🙂

  4. La Carne

    j’ai eu un cancer du col de l’utérus.. je te laisse imaginer toutes les remarques auxquelles j’ai eu droit… et pire, les regards plein de sous entendus…

    1. escapadesamoureuses

      J’imagine très bien… mon cancer était un peu du même style…

  5. Blue Edel

    Très bel article… Et oui ton oncologue a totalement raison. Nous naissons tous avec un cancer qui se développe ou pas…
    Ma grand mère qui ne buvait pas, ne fumait pas et menait une vie des plus saines a eu un double cancer. S’agissant du sein pour le premier, elle ne voulait pas être opérée car faisant partie d’une génération effrayée par ce type d’opération. Elle était même persuadée que ce serait son dernier noel et avait dit à son docteur “on verra après noel, foutez moi la paix”. Après noel, son cancer avait évolué et il ne restait plus que l’ablation à laquelle elle s’est soumise mais qui lui a sauvé la vie. Malhereusement elle n’a jamais rien remis de sa vie et de sa considération à l’égard des autres qu’elle mésestimait au plus haut point.
    Comme toi, les journées de parfois m’agacent mais d’autres où je me dis que c’et important peut être de rappeler…
    Par contre, effectivement, ce mot même de cancer je le hais car tous les cancers ne sont pas identiques, certains plus graves que d’autres, avec des conséquences tellement différentes. Et puis ce mot est sombre, dès qu’il est prononcé, tu as déjà l’impression d’être mort.
    arf….

  6. Marie Kléber

    On cherche toujours des raisons comme pour se protéger. Mais malheureusement le cancer touche tout un chacun, sans que personne ne s’y attende souvent. Une chance, moins pour certaines personnes c’en est une. Je me souviens moi aussi d’un professeur de musique à qui la maladie avait donné des ailes. D’autres n’en tirent rien et repartent dans les mêmes schémas qu’avant, à la différence près qu’ils savent que la maladie peut frapper à tout moment.

    1. escapadesamoureuses

      Le fait de se rendre compte que l’on est à l’abri de rien fait tellement réfléchir. Je me croyais pratiquement invincible avant la maladie, tellement invincible que j’aurais presque cru que les analyses mentaient!

  7. misspoucinette

    Très bel article, j’ai moi aussi eu un cancer du sein il y a trois ans avec un parcours chirurgical et médicamenteux difficile. Aujourd’hui, je suis “guérie”, mais mon corps et mon âme ont été abimés par cette maladie. J’essaye de m’en remettre un peu chaque jour. Une chose est sûre c’est que cette maladie m’a appris à appréhender les choses de la vie avec une vision totalement différente. Je maintiens qu’il y a la vie “d’avant” et la vie “d’après”.
    Bises

    1. escapadesamoureuses

      C’est tout à fait cela. D’ailleurs, quand je parle des années qui viennent de se passer, ma date de base c’est mon cancer… je me dis toujours : ah oui, c’était avant , ou bien ça s’est passé après. Un peu comme Jésus christ !! mdr

  8. TheMouse

    De toute “sortie” de maladie (cancer, dépression…) on est forcément différent après… Et quand on en sort on est plus fort!!!

    1. escapadesamoureuses

      plus fort… sûrement, mais pas certaine..il y a une certaine fragilité qui reste, je trouve. On a été ébranlé.

      1. TheMouse

        Ah oui… De ce côté la… Une énorme blessure qui est certes cicatrisée, mais qui sera toujours la!!!…

  9. Senior Mais Pas Trop

    bonjour,
    J’apprécie vos articles réguliers au style alerte. j’aimerai pouvoir vous joindre et je ne trouve pas votre formulaire de contact

    1. escapadesamoureuses

      Bonjour,
      merci pour ton message. Tu peux me joindre en cliquant tout simplement sur “contact” dans la barre de menu.

  10. teparlerdemavie

    J’ai une amie qui a eu un cancer du sein, alors que j’étais effondrée de l’apprendre, elle y a vu, elle, au contraire, une chance. Une chance de se prendre enfin en considération et de prendre soin d’elle-même. Quel courage.
    Le cancer fait peur, c’est peut-être pour ça que chaque personne essaie de trouver des raisons pour comprendre et se sentir elle-même dans une relative sécurité (style “ouf, je ne fume pas, je mange sain, je ne bois pas…). C’est juste qu’on passe à travers les mailles du filet… ou non.
    Bise

    1. escapadesamoureuses

      Cette image des mailles du filet, oui, c’est tout à fait cela.
      Merci pour ton passage.

Un petit mot?

%d blogueurs aiment cette page :